CULTE DU BYERI STATUES

                                                                              CULTE DU BYERI, STATUES

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

Les statues, gardiennes des reliques de ce culte familial , sont fixées sur le couvercle du panier cylindrique (le reliquaire) contenant les restes de défunts remarquables (ancêtres, le Byéri = reliques) par une tige au bout arrondi, taillées dans la même pièce de bois que la statue dans le prolongement de l'épine dorsale. Elles reposent sur le bord du couvercle en position assise, les jambes étant fléchies. Leurs yeux perçants sont fait de laiton et de cuivre (conçus de la même manière que des clous de tapissier), les malfaiteurs ne peuvaient échapper à l'attention du gardien veillant sur le Byéri. Le reliquaire ne contenait que les crânes et ossements des défunts remarquables; ces reliques recevaient l'appellation de Byéri capables d'appréhender le passé aussi bien que le présent et le futur. Les statues ne sont pas figées, elles sont sollicitantes et solennelles en tant qu'intermédiaires entre les vivants et les ancêtres. Afin d'entrer en relation avec les ancêtres, pour obtenir leur soutien, l'initié devait solliciter les faveurs de l'intermédiaire; ceci dans le but de réaliser toute entreprise d'importance. Ces objets sont ceux d'un culte (le culte des ancêtres), ils sous-tendent la foi. Ils ne sont pas statiques ils sont fluides (le courant passe).

Une ou plusieurs statues occupaient un même panier (figurines semblables à celles du Bouiti). La statue pouvait aussi faire partie intégrante du couvercle du panier (photo 16-17-18: statue janus sur panier complet). Les boîtes cylindriques (reliquaires),  contenant les crânes et ossements des ancêtres, sont faites en écorce de Monopetalonthus Heitzii Pell ou en fibres. Elles se présentent en 2 grandeurs: 50 à 60 cm de haut sur 30 cm de diamètre (destiné à rester dans un coin) ou 30 à 40 cm de hauteur sur 25 cm de diamètre (pour le transport des reliques).  (Rites et croyances du Gabon; André Raponda-Walker et Roger Sillans). Le reliquaire, présenté sur cette page, restait dans un coin, il est en écorce épaisse d'Andung (Monopetalanthus Heitzii), comportant des cordes de fibre, le couvercle est en bois et la statue représentant les morts de la famille est ciselée dans la même pièce de bois que le couvercle. Le rôle des figurines était de tenir en respect les curieux qui cherchaient à voir le contenu.

Les statues étaient faites de Newbouldia laevis (petit arbre, bois tendre) ou de Xylopia Aethiopica (arbre moyen, blanchâtre, léger et bien maillé)

Une statue gardienne de reliquaire (Byéri) Boulou à 3 têtes (photos 1 et 2).

Une statue remarquable: le grand gardien de reliquaire royal du sous-groupe ethnique MVAI à la patine sombre. (Photos 25-26)

Une statue à 3 têtes (photos 3 et 4) présente un paradoxe: peut-on admettre de concevoir un gardien de Byéri portant aux pieds des anneaux de contrainte, figurant ainsi la punition réservée à certains fauteurs de troubles; de plus, il ne porte le réceptacle traditionnel.

Deux statues du sous-groupe ethnique Betsi complètement équipées avec des hottes de cueillette. (Photos 14-15) La coiffe de plumes symbolise leur puissance (page 107 du livre Fang du Gabon de Paulin Nguema-Obam).

La statue du sous-groupe ethnique Ntumu avec sa patine ocre rouge. (Photos 27-28)

La statue pouvait comporter plusieurs faces (5 exemples de statues dans ce fichier). Sur deux statues (photos 3 et 4, photos 22,23, et 24) figurent sur les joues les tatouages caractéristiques du Ngil.

Toutes ces statues, aussi bien par l'expression des visages que par la posture des corps, reflètent le recueillement, une certaine sérénité.

Cliquer pour atteindre  :   FANG    ou :    LE CULTE DU BYERI







                      BYERI BETSI                                                                                                                                  BYERI NGUMBA