DOGON

                                                                 ETHNIE DOGON

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

COUPLE ORIGINEL                                                                                                                              FEMME YASIGINE PORTANT LA LOUCHE TRADITIONNELLE


Ethnie résidante du sud du Mali. Sa mythologie est complexe; les liens entre les individus sont très étroits. La statuaire est complexe; chacun, selon son niveau d'initiation, peut interpréter sa symbolique. Plus la statue est ancienne et a bénéficié de sacrifice et plus elle est forte.

La femme yasigine porte les insignes de sa fonction: la louche (page 158 du livre Dogon d'Hélène Leloup). Cette statue porte de nombreuses scarifications. Elles sont un signe de solidarité, un emblème de fermeté sociale. Elles s'obtiennent par un prélèvement de la peau suvie de la pose d'un pensement composé de charbon de bois et d'herbes pour provoquer une cicatrisation sous forme d'une boursouflure. Les lignes parallèles allant de la tempe au menton sont caractérsitiques des Saman (groupes dusud).

La patine rouge de la femme yasigine est du type grenu, correspondant au type A décrit dans le livre DOGON d'Hélène LELOUP à la page 394; cette patine, bien que très usée, est encore bien visible sur les seins et les cuisses et permet d'apprécier l'âge de cette statue (antérieurement au 17ème siécle). La patine est composée de lipides, de structures élastiques, de mil écrasé et de pigment.


Comment expliquer cette volonté acharnée de conserver pendant des siècles cette statue ravagée par la dilatation (consolidée à l'aide d'agraphes, ligaturée par des fibres) et l'abrasion due aux conditions ambiantes. C'est motivés par l'intime conviction du principe du renforcement de la statue par sa durée de vie et des sacrifices dont elle a bénéficié que les Dogons l'ont réparée en défiant les règles de l'esthétique et de la cohésion.

Le couple originel était sculpté par le forgeron et remis aux mariés par le chef lors de la grande cérémonie. C'est l'un des plus grands symbolisme de la civilisation dogon.