LA PATINE DES BRONZES

Une patine n'est pas une couleur déposée comme une peinture; le processus est un peu plus complexe; c'est en traitant la surface du bronze (ou du laiton) par intégration d'un oxyde mettalique quelconque grâce à l'action conjointe d'un acide et de la chaleur. Le patineur chauffe la surface du métal à l'aide d'un chalumeau jusqu'à environ 80 degrés tout en déposant, avec un pinceau très résistant, du nitrate de cuivre (ou de fer, ou de soufre, etc.. ) jusqu'à l'obtention d'un effet coloré uniforme, par exemple vert avec du nitrate de cuivre, (ou bleu avec du nitrate de cuivre + un rincage rapide avec de la soude de la pièce refroidie); l'oeuvre est refroidie avec de l'eau tiède.

Il y a plusieurs zones sur cette photo: la partie située en haut et à gauche n'est pas encore traitée; la partie du centre est en cours de traitement, elle est chaude et l'enduit est en phase d'assimilation, la couleur n'est pas uniforme; la partie de droite est brûlante, elle a un aspect blanchâtre.
Résultat brun et vert obtenu à l'aide d'un traitement traditionnel avec le nitrate de cuivre. Ainsi la surface de cette oeuvre n'est plus du bronze (alliage de cuivre et d'étain) mais un nouvel alliage avec un supplément de cuivre. L'évolution de cette surface sera-t-elle la même avec ou sans traitement? La question est identique pour un traitement sur du laiton (alliage de cuivre et de zinc).

Ces deux photos sont extraites du site du sculpteur Bruce KREBS