LE NGON TANG

                                                     LE MASQUE DU NGON TANG

                                                                                                                                                                                                                                                                                              

Les masques du Ngon tang, présentés sur ce site, comportent soit 4 faces, il était porté au-dessus de la tête. Soit 1 face, il était porté sur le visage.

C'étaient des masques de pouvoir, ils étaient utilisés dans le même cadre d'opérations, destinées à réprimer les fauteurs de troubles, que les masques du Ngil (du nom du porteur).

Le rite du ngon tang n'était pas une institution destinée à remplacer celle du Ngil (voir DOCUMENTS pour examiner un exemple de masque du 19ème siècle).

Le porteur du masque ngon tang était un négociateur, un interrogateur. A son approche l'incriminé savait que le pardon était possible;  il pouvait envisager l'obtention d'une seconde chance au cours d'un dialogue avec un interlocuteur investi du pouvoir d'analyser tous les points de vue.

La confrontation du masque avec l'incriminé se faisait lorsqu'il s'agissait de lui laisser une seconde chance.

La danse du ngon tang est une danse avec un masque, comportant habituellement 3 faces; les traits du masque rappelle ceux du femme blanche, ce qui lui vaut l'appellation de jeune-fille blanche (ngon tang); il s'agit probablement d'un emprunt fait aux Nigérians. Cette danse est celle de la beauté, de la souplesse, de la légèreté. (Fang du Gabon: Paulin Nguema-Obam, page 67).

Cliquer pour atteindre  :   FANG