POT DE L'HUILE SACREE FANG NTUMU (FILM)

                                   UN POT DE SECURITE A VERROUS ESOTERIQUES
Toutes les informations concernant cette oeuvre sont le fait de la famille MARI, notables de la chefferie de Mbitam, située au nord-ouest du Gabon.
Cette oeuvre était l'une des plus importantes de la chefferie de Mbitam (comprenant environ 13000 habitants).
Cet ensemble composé d'un grand pot, d'une statue Byeri et d'un crâne n'était pas utilisé dans le contexte d'un rituel familial (tel que le rituel du pot Byeri des crânes des ancêtres), il concernait l'ensemble de la chefferie. Son rôle était la conservation de l'huile sacrée destinée à l'onction de l'ensemble des crânes de toutes les familles de la chefferie, dans des conditions de sécurité ésotériques optimales.
Cette huile était distribuée par le notable après consultation et concertation avec le crâne et la statue Byeri. Ces deux entités, en contact avec les ancêtres, déterminaient le moment propice à la distribution. Pour atteindre ce but, elles devaient être libres de toutes contraintes (influences d'esprits malfaisants et de sorciers, de mauvais sorts) et à l'abri des empoisonnements.
L'anneau à la cheville, ainsi que les colliers autour du torse et du corps de la statue la préservaient de toutes les entraves ainsi que l'os de gazelle dans ses mains. Les yeux de laiton rendaient clairvoyants le crâne et la statue. Une pastille de laiton située sur la gorge la protégait des empoisonnements.
Au moment propice, l'huile était prélevée, puis soumise au test ultime de la statue Byeri du contrôle de la pureté, pour être finalement confiée à la famille.