STATUAIRE SONGYE

                                                        LE FETICHE SONGYE

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

4 fétiches à corne suivis de 2 autres fétiches et d'un masque Kifwebe.

Les 2 fétiches androgynes aux nombreux clous de laiton, ainsi que le troisième, sont de la région de Belande de la première tradition de l'ouest; la coiffure est redressée au niveau du front, les yeux sont fendus, la bouche étirée avec des dents, le nez recouvert de laiton, les oreilles sont triangulaires. Le petit fétiche à la patine ocre rouge foncé fut probablement exécuté dans un atelier proche de Kisengwa. Le grand plus anguleux dans un atelier du sud ou du centre.

Le fétiche est chargé de nombreux éléments: des parties du visage et du corps sont recouvertes de plaques et de clous de laiton et de cuivre (accroissant la charge magique de la statue). Il porte des plumes, des ceintures de coquillages, des colliers de graines, des conques, des plumes, des peaux de serpent ou de gazelle, des grelots, des bagages de médecine, des calebasses, de grandes dents d'animaux, des clous de forge (pièces uniques) et parfois une charge dans le ventre; autant d'éléments indispensables pour tenter de comprendre les pratiques culturelles de cette ethnie, sans lesquels la statue apparaît comme incomplète, privée de sa nature réelle, nue. 

Les pieds sont très grands, les mains posées de chaque côté d'un ventre proéminent au niveau du nombril, les bras et les jambes sont puissants, le visage allongé, la statue est solennelle. Elle appartient au féticheur qui la manipule avec des baguettes lors du rituel de la pleine lune.

Cliquer pour atteindre:   SONGYE   ou:   LA PREMIERE TRADITION