STATUES

                                                                                                             STATUES DIVERSES.

                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Un petit fétiche protecteur de facture Byeri, il était attaché à un poteau à l'intérieur de la maison.

Statues du Cameroun (MABEA, MVAI), de Guinée Equatoriale (OKAK), du Gabon (BETSI, NTUMU, BULU).

La petite statue Bulu est recouverte de "perles" à l'exception des mains, des pieds et du crâne qui  le sont avec du laiton. Les deux statues Bulu expriment à la fois la satisfaction, la sérénité et la disponibilité.

Les statues Betsi: la statue Betsi janus est exceptionnelle, les corps sont souples, fins et cambrés. C'est une statue d'extérieur dont le bois dur, dense et lourd devait résister aux variations climatiques et aux agressions des insectes. Sa fonction était, avec l'aide de l'arbre à côté duquel elle était placée, de résoudre les conflits internes de la chefferie.

Une autre statue Betsi dont le grand socle était planté dans les champs fraichement ensemensés afin de protéger les récoltes.

Une grande statue Ntumu, dont la tête est amovible, fonctionnait comme une entité destinée à contrôler les aptitudes de l'huile sacrée à nourrir les crânes des ancêtres.

Les bouchons de fiasque Betsi d'une grande finesse, petits et dignes d'intérêt.

Les statues Okak: la première porte un anneau de contrition à chaque cheville; ces anneaux ( de cuivre, pouvant peser jusqu'à 3 kilos) étaient porté par ceux qui avaient transgressé les conventions; ils devaient gêner le porteur dans ces mouvements, en particulier lors d'une fuite en cas de danger; ils étaient aussi placés autour du cou, des bras. Ainsi, retirer les anneaux, c'est rendre la vie comme la bénédiction libère l'individu en lui rendant l'innocence d'avant la transgression (Aspects de la religion Fang: Paulin Nguema-Obam: pages57-58). La statue présentée fesait-elle partie d'une cérémonie au cours de laquelle l'officiant retirait l'anneau du pied de la statue?

La seconde statue Okak ("mal fagotée") dont l'aspect suscite la curiosité: elle remplaçait, sur le dos de sa mère, l'enfant qui devait apprendre à se déplacer par ses propres moyens.

Les statues Mabea: une grande statue à la patine rougeâtre et une statue d'extérieur dont la fonction était de résorber les conflits internes de la chefferie..

Les statues Bokito: les œuvres provenant de cette région du Cameroun sont très rares. Leur style est très proche de celui de certaines œuvres des Montoies (Nigéria). Les similitudes sont les suivantes: les arcades sourcilières sont très prononcées et rejoignent les oreilles; le torse et le ventre sont figurés par un rectangle comportant trois petits globes (les mamelons et le nombril; les bras fléchis le long du corps forment un triangle avec le rectangle du torse et du ventre. Les différences sont les suivantes: le visage est concave et la bouche est très prononcée chez les Bokitos alors que le visage des statues montoie est plat; la coiffure chez les Fangs comporte trois crêtes, deux chez les Bokitos.

Cliquer pour atteindre :  FANG       ou :  BETSI JANUS