FANG: RITUEL D'ENSEMBLE A 4 PHASES FANG NGUMBA

                                                                            LE GRAND RITUEL D'ENSEMBLE NGUMBA A 4 PHASES 
                                                    (provenance: village de Abang Minko, Cameroun)
Un seul et même artiste réalisa toutes les oeuvres destinées à ce rituel.
C'était une grande idée, une idée forte, concrétiser cet  ensemble demanda beaucoup d'ingéniosité et de sacrifices.
En Afrique Equatoriale, les chefferies sont hiérarchisées; ainsi, la chefferie pouvant concevoir un rituel s'imposant parmi les plus puissants avait indiscutablement au moins un avantage sur les autres sinon un ascendant.




image-7417399-NGUMBA_LES_2_STATUES_SOLEIL.jpg




COMPARAISON DES DEUX STATUES
LA GRANDE STATUE DE LA PREMIERE PHASE
LA STATUE DE LA SECONDE PHASE




image-7417043-NGUMBA_A_AVANT-GARDE_FACE_SOLEIL.jpg
La statue de l'avant-garde, de l'apaisement et du rassemblement. Sa fonction: favoriser la venue des esprits dans un emplacement en l'assainissant.
​C'est la statue de la première partie du rituel.
image-7417060-NGUMBA_AVANT-GARDE_FACE_SOLEIL_VISAGE.w640.jpg




image-7417133-RELIQUAIRE_NGUMBA_FACE.jpg
Sa fonction: intermédiaire entre les vivants et les esprits dans le but d'établir une collaboration efficace permettant de résoudre les conflits de la chefferie (conciliation et solution).
​C'est la statue de la seconde partie du rituel.
image-7417136-RELIQUAIRE_NGUMBA_FACE_TETE.w640.jpg




image-7417196-NGUMBA_LES_2_STATUES_SOLEIL_FACE.jpg
Ces deux statues, utilisées séparément, étaient indispensables au bon déroulement des deux premières phases du grand rituel



image-7417199-NGUMBA_LES_2_STATUES_HAUT.jpg


Le rituel débutait lorsque la chefferie vivait des moments dramatiques,  la mort d'un notable, des désaccords parmi les gens; il s'agissait d'un rituel imprévu, distinct de la cérémonie annuelle vouée à l'alimentation des crânes.
​Le rituel avait lieu dans la chefferie. Les deux premiers jours, les notables faisaient une assise autour de la statue Byeri sans tombeau mobile, afin de savoir si la cérémonie était possible et comment l'organiser. Les deux jours suivants, les gens chantaient, dansaient, mangeaient, buvaient du vin aux effets puissants; ils sacrifiaient des animaux dont le sang était déposé à un endroit prévu à l'intention des génies.
​La seconde partie durait 24 heures et se déroulait en présence de la statue Byeri sur tombeau mobile dont la puissance était telle qu'elle permettait de résoudre les conflits de la collectivité.
image-9202388-NGUMBA_PANIER_1_FACE.jpg
JUMEAU
Lors de la troisième phase, les notables (sorciers) devaient vérifier si leur esprit était libre de toute influence néfaste. Ils faisaient cete vérification en frottant les plaques de bois accrochées aux paniers.
image-9202442-NGUMBA_PANIER_2_FACE_2.jpg
JUMELLE
Cette phase se déroulait dans un endroit retiré; les participants, uniquement les notables, étaient soumis au test des deux gardiens de reliques: les jumeaux.
Les notables (tous des sorciers) devaient frotter les plaques de bois ocre rouge, lesquelles avaient le pouvoir de révéler la présence de mauvaises inflences dans l'esprit du candidat à l'assise collective imminente. Le contact avec les plaques avait pour effet de rendre malade le notable  dont l'esprit était perturbé. Ainsi, seules les personnes saines avient la possibilité de participer à la phase ultime du rituel: l'assise en présence du grand Byéri à deux statues.
Les deux oeuvres, portant  les plaques, sont incorporées à des paniers contenant des reliques permettant d'établir le contact avec  les ancêtres. Les personnages, figurés ici, sont des jumeaux dont la force mentale est supérieure à des individus isolés. Comme tous  les gardiens de reliques, les personnages sont capable de déceler l'invisible et de le faire à distance.
Cette phase du rituel implique deux statues, ceci pour en augmenter l'efficacité et la gemellité  pour plus d'efficacité encore.
image-9202286-NGUMBA_RELIQUAIRE_COLLECTIF.w640.jpg
DE FACE
Le grand byeri de la dernière phase du rituel, comportant 2 grandes statues et 4 petites. Cette oeuvre intervenait dans les situations très difficiles.
Ce pot, d'une conception très complexe, d'un niveau artistique abouti, se devait d'être très efficace pour communiquer avec les ancêtres. Il contenait un grand nombre de reliques, qui étaient celles de notables très importants.
image-9202274-NGUMBA_RELIQUAIRE_COLLECTIF_PROFIL.jpg
PROFIL 5 STATUES VISIBLES
Dés le moment où les esprits des participants aussi bien que les lieux où devait se dérouler la cérémonie étaient libérés de toutes les influences malfaisantes, l'assise des notables, en présence du grand pot, pouvait commencer.
C'est lors de cette phase, la quatrième, que les problèmes les plus importants devaient être résolus avec l'aide des ancêtres en présence de la communauté.